Vivre son dimanche


Proposé par la paroisse de Moulin-à-Vent 

 

19ème dimanche Temps ordinaire , Année A - 9 août 2020.

 

Bienvenue

 

Bienvenue à vous tous, frères et sœurs dans la foi au Christ ressuscité.

Avec la crise du Coronavirus,  tout est en train de bouger autour de nous.

Nous avons dû changer nos habitudes, notre mode de vie……

D’autre part, la barque de l’Eglise est secouée par les vagues de l’indifférence ou de l’opposition à son message.

Est-ce que nous aurons encore notre messe du dimanche ? …..

 

Nous aimerions tant trouver le calme et la sérénité autour de nous….

N’ayez pas peur, nous dit Jésus !

Dans ces tempêtes qui secouent nos vies, Dieu nous tend la main… Aurons-nous assez de foi pour aller vers Dieu, pour avoir confiance en Lui ? 

Lectures 

Première lecture : Premier livre des rois, 19,  9A  11 – 13A

 

Dieu ne se trouve pas dans les manifestations éclatantes mais dans une rencontre cachée et intime. 

 

Il vient sans bruit, dans le murmure d’un doux silence.

Comme le prophète Elie, tenons nous en alerte pour reconnaître Dieu qui passe dans notre vie.

 

En fin de lecture : « Parole du Seigneur » 

 

* * *

Ecoutons la Parole de Dieu...


Deuxième lecture : Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains 9,  1 - 5

 

-L’apôtre Paul est écartelé entre la bonne nouvelle enseignée par le Christ et les révélations et enseignements reçus par le peuple juif, peuple de l’alliance avec Dieu.

 

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

 

Prière universelle    (après le Credo). 

  1. Nous voudrions que Dieu nous parle, mais nous ne savons pas faire silence pour écouter le murmure de sa voix, car nous sommes submergés par le bruit de fond de notre quotidien.
    Afin qu’en ces mois d’été, nous profitions de notre temps libre pour nous arrêter et écouter ce que Dieu a nous dire,

    Seigneur nous te prions

  2. La gouvernance de notre pays est en attente de dirigeants.
    Pour les hommes politiques Belges, afin qu’ils s’élèvent au-dessus des questions partisanes ou linguistiques et cherchent des solutions pour gouverner notre pays dans l’intérêt de l’ensemble des citoyens.
    Seigneur nous te prions.

  3. Pour les victimes de la terrible accident de Beyrouth, et pour le peuple Libanais durement éprouvé par le terrorisme, la corruption et les conflits internes,
    Afin que la communauté internationale offre une aide efficace pour permettre à cette population de vivre enfin dans la sécurité,
    Seigneur nous te prions.

  4. Notre paroisse a le privilège d’offrir aux fidèles une messe pratiquement chaque dimanche, malgré la pénurie actuelle de prêtres.
    Afin que nous apportions encore davantage notre soutien, notre aide et nos encouragements aux prêtres qui desservent notre paroisse,
    Seigneur nous te prions

 


 

17ème dimanche Temps ordinaire , Année A - 26 juillet 2020.

 

Bienvenue

 

Frères et sœurs, bonjour.

Nous ne savons pas toujours quoi demander à Dieu : ce qui est bon pour lui ? Ce qui est bon pour nous ?

Nous aspirons naturellement au bien-être, au mieux-vivre, à l’amélioration de nos conditions de vie. Le seigneur, en son temps, y a contribué, en redonnant la santé aux malades, aux infirmes. Mais savons-nous discerner ce qui est bon de ce qui fait de nous des égoïstes, installés dans un petit confort ou le recherchant comme un objectif à tout prix.

Nous qui avons notre part des bienfaits de ce monde, souvenons-nous que la vraie richesse, c’est la sagesse que Dieu accorde à ceux qui l’écoutent.

La prière de Salomon plaît à Dieu. Or que demande-t-il ? Avoir un cœur attentif pour gouverner son peuple, et discerner le bien et le mal.

En nous invitant à célébrer l’eucharistie, Dieu nous a invités à le choisir. Essayons de lui plaire en le priant.

Lectures 

Première lecture      1 Rois 3,5 .. 12

Qu’importe la richesse et le pouvoir lui-même, auprès de l’intelligence et la sagesse du cœur ?

La prière de Salomon vaut pour chacun de nous.

 

Deuxième lecture Romains 8,28-30

 

Dieu nous veut infiniment de bien. C’est pourquoi, il nous a accueillis dans sa famille. L’apôtre nous explique les conséquences de cette offre merveilleuse. 

 

 

Prière universelle  

1. Notre société regorge de richesses et n’évite pas toujours le gaspillage.

Seigneur, apprends-nous sans cesse le partage de ces richesses et le respect de ce trésor que tu nous donnes, nous t’en prions.

……………………………………………………………………………

2. Seigneur, donne à ceux qui gouvernent les peuples, à notre Roi, aux dirigeants de notre pays, de ses régions et communautés, de savoir discerner le bien et le mal et de chercher la justice et l’unité entre tous, nous t’en prions.

…………………………………………………………………………….

3.  Seigneur, soutiens les malades, les souffrants, et tous ceux qui sont à leur service pendant cette pandémie. Apaise ceux qui doutent et donne-nous un cœur attentif aux autres, nous t’en prions. 

……………………………………………………………………………...

4. Seigneur, réponds favorablement à notre prière, comme tu as autrefois répondu à celle de Salomon. Comble-nous de ta présence et fais de nous des témoins qui, par leurs paroles et leur vie, te rendent gloire, nous t’en prions. 

 


 

15ème dimanche Temps ordinaire , Année A - 12 juillet 2020.

 

 

Bienvenue

 

Frères et sœurs dans le Christ, bonjour.

Les lectures de ce jour ont comme décor la nature : pluie et neige, terre et sillon, herbage et champs de blé.

La parole de Dieu est comparée à une semence puissante.

Durant cette eucharistie, demandons à l’Esprit-Saint de transformer nos cœurs en terre fertile, débarrassée des ronces et des cailloux et laissons-nous ensemencer de ces graines divines afin que la Parole semée puisse donner du fruit et nous envoyer proclamer la gloire de Dieu.

 

 

1ère Lecture Isaïe 55, 10 - 11

Comme Jésus qui utilisera des paraboles pour expliquer à ses auditeurs à quoi ressemble le royaume des cieux, Isaïe utilise lui aussi une parabole pour faire saisir l’efficacité de la parole de Dieu.

 

 

2ème  Lecture Romains. 8 : 18 – 23.

Beaucoup de gens souffrent sur la terre. 

Pourtant, écoutons comment saint Paul nous annonce qu’un monde nouveau est déjà en train de naître.

 

Prière universelle

 

 

1.- Pour ton Eglise, particulièrement pour les messagers de l’Evangile :

Qu’ils ne s’arrêtent pas de semer avec confiance,

Seigneur, nous te prions

 

 

2.- Pour les personnes qui ont des responsabilités dans la vie de leurs concitoyens :

Qu’elles agissent en semeur de justice et de paix,

Seigneur, nous te prions

 

 

3.- Pour les familles déchirées par les ronces de la mésentente, étouffées par les mauvaises herbes du ressentiment : aide-les à trouver un paisible terrain d’entente et sème dans leurs cœurs de nouvelles graines d’amour,

Avec le pape François ;Seigneur, nous te prions

 

 

4.- Pour ceux dont le cœur demeure ferme à ta Parole :

Qu’ils découvrent le goût de ta bonne Nouvelle,

Seigneur, nous te prions

 

Conclusion : par le célébrant

 


 

13ème dimanche Temps ordinaire , Année A - 28 juin 2020.

 

« Être pour son voisin le visage d'un Dieu de tendresse »

Accueil 

Bienvenue à vous, Frères et Sœurs dans l’amour de Dieu.

Dans l’évangile de ce jour, Jésus vient nous appeler au cœur même de notre vie quotidienne en soulignant l’urgence de la mission et les exigences pour marcher à sa suite.

Même si cet appel est urgent, nous restons libres de dire oui ou non car être disciple de Jésus, c’est être appelé à faire des choix.

Aujourd’hui, le Christ nous met en garde : « Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ».

Oui, pour suivre le Christ, relevons la tête, regardons les autres et accueillons les.

Ainsi, chacun et chacune d’entre nous sera pour son voisin le visage d’un Dieu d’amour et de tendresse.

Première lecture :   Second livre des rois,  4,  8-11 ;  14 - 16

Accueillir généreusement l’autre, c’est accepter de se laisser surprendre et dépasser par un amour encore plus grand : celui de Dieu.

Un jour, le prophète Élisée passait à Sunam ; une femme riche de ce pays insista pour qu’il vienne manger chez elle. Depuis, chaque fois qu’il passait par là, il allait manger chez elle. Elle dit à son mari : « Écoute, je sais que celui qui s’arrête toujours chez nous est un saint homme de Dieu. Faisons-lui une petite chambre sur la terrasse ; nous y mettrons un lit, une table, un siège et une lampe, et quand il viendra chez nous, il pourra s’y retirer. » Le jour où il revint, il se retira dans cette chambre pour y coucher. Puis il dit à son serviteur : « Que peut-on faire pour cette femme ? » Le serviteur répondit : « Hélas, elle n’a pas de fils, et son mari est âgé. » Élisée lui dit : « Appelle-la. » Le serviteur l’appela et elle se présenta à la porte. Élisée lui dit : « À cette même époque, au temps fixé pour la naissance, tu tiendras un fils dans tes bras. » – Parole du Seigneur.

En fin de lecture : « parole du Seigneur »

Psaume

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ; ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge. Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ; ta fidélité est plus stable que les cieux. Heureux le peuple qui connaît l’ovation ! Seigneur, il marche à la lumière de ta face ; tout le jour, à ton nom il danse de joie, fier de ton juste pouvoir. Tu es sa force éclatante ; ta grâce accroît notre vigueur. Oui, notre roi est au Seigneur ; notre bouclier, au Dieu saint d’Israël. 

Deuxième lecture :  Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains  6,  3 - 4    8 - 11

Le baptême est une nouvelle naissance, une porte ouverte à une nouvelle vie, à la vie éternelle si nous suivons les traces du Christ.

Frères, ne le savez-vous pas ? Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car lui qui est mort, c'est au péché qu'il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c'est pour Dieu qu'il est vivant. De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus Christ.

En fin de lecture : « parole du Seigneur »

Prière universelle

  1. Pour les parents qui ont accueilli un enfant, une nouvelle vie pendant cette période de confinement.
    Lorsque les conditions sanitaires le permettront, que ces parents par le baptême, accueillent également l’amour de Dieu et ouvrent la porte à la vraie vie pour leur enfant,
    Seigneur nous te prions
  2. Les vacances approchent et cette période risque d’être perturbée par les conditions sanitaires.
    Pour que nous profitions de cette opportunité pour passer des vacances différentes, davantage tournées vers les autres,
    Seigneur nous te prions.
  3. Pour les réfugiés, les démunis et spécialement ceux qui ont tout perdu ou sont sans logement.
    Qu’ils soient regardés avec respect et trouvent des frères accueillants,
    Seigneur nous te prions.
  4. Pour notre communauté de Moulin à Vent,    heureuse d’être à nouveau rassemblée après ces semaines de confinement,    afin que nous montrions notre gratitude à ceux qui œuvrent à rendre ces rencontres possibles et que nous sachions nous accueillir fraternellement les uns les autres
    Seigneur nous te prions.

 

12ème dimanche Temps ordinaire , Année A - 21 juin 2020.

 

Accueil 

« Ne craignez pas »

Frères et sœurs, bienvenue à vous tous ! Une semaine vient de s’écouler avec son lot de joies et de peines. En cette veille de l’été, que d’espoirs mais, aussi, que d’incertitude ! Nous voici de nouveau rassemblés dans la maison de Dieu, et nous allons entendre proclamer une grande nouvelle, la Bonne Nouvelle de Jésus Christ.
Le Seigneur nous délivre de nos inquiétudes et nous apprend ce qu’il faut vraiment craindre : le mal, le mensonge. Apprenons de Lui à vivre sans peur.

Prière pénitentielle

  •  Seigneur, pour notre attitude parfois dénigrante à l'égard des convictions des autres, prends pitié.
  •  Christ, toi qui, pour notre salut, as accepté de souffrir plus que tout homme, prends pitié.
  •  Seigneur, pour notre tiédeur à défendre et à pratiquer nos convictions religieuses  face à l'indifférence de notre Société, 

1ère Lecture Jérémie 20, 10-13

Envoyé pour admonester les gens de son peuple, le prophète Jérémie a subi bien des persécutions. Dans les difficultés, il criait vers Dieu et l’appelait à l’aide, sans perdre confiance.

Moi, Jérémie, j’entends les calomnies de la foule : « Dénoncez-le ! Allons le dénoncer, celui-là, l’Épouvante-de-tous-côtés. » Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent : « Peut-être se laissera-t-il séduire… Nous réussirons, et nous prendrons sur lui notre revanche ! »
Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable : mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas. Leur défaite les couvrira de honte, d’une confusion éternelle, inoubliable.
Seigneur de l’univers, toi qui scrutes l’homme juste, toi qui vois les reins et les cœurs, fais-moi voir la revanche que tu leur infligeras, car c’est à toi que j’ai remis ma cause.
Chantez le Seigneur, louez le Seigneur : il a délivré le malheureux de la main des méchants.

Psaume

 " Dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi. "

C'est pour toi que j'endure l'insulte,

que la honte me couvre le visage :
je suis un étranger pour mes frères,
un inconnu pour les fils de ma mère.
L'amour de ta maison m'a perdu ;
on t'insulte, et l'insulte retombe sur moi.

Et moi, je te prie, Seigneur :
c'est l'heure de ta grâce ;
dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi,
par ta vérité sauve-moi.
Réponds-moi, Seigneur,
car il est bon, ton amour ;
dans ta grande tendresse, regarde-moi.

Les pauvres l'ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles,
il n'oublie pas les siens emprisonnés.
Que le ciel et la terre le célèbrent,
les mers et tout leur peuplement !

___

Psaume 69(68),8-10.14.17.33-35.


2ème Lecture Romains 5, 12-15

Notre foi chrétienne repose sur une longue histoire et saint Paul nous invite à y découvrir la main de Dieu, qui nous a ouvert un chemin de Vie, alors que l’humanité s’était engagée sur la voie de la mort.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 5,12-15.
Frères, nous savons que par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et que par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, étant donné que tous ont péché.
Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde, mais le péché ne peut être imputé à personne tant qu’il n’y a pas de loi.
Pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a établi son règne, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam. Or, Adam préfigure celui qui devait venir.
Mais il n'en va pas du don gratuit comme de la faute. En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,26-33.

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Ne craignez pas les hommes ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu.
Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits.
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps.
Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille.
Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés.
Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux.
Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux.
Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. »

Prière universelle

Introduction : par le célébrant
Jésus nous le répète aujourd’hui : « Soyez sans crainte ». Demandons-Lui de redire cette consolation aux hommes, aux femmes, aux enfants qui sont inquiets et meurtris par les blessures de la vie.

  1. L’Eglise connait l’inquiétude face aux questions d’aujourd’hui et à la baisse de la pratique religieuse.
    Redis à tes fidèles, Seigneur, la grâce de ton Esprit, nous t’en prions.
  2. Notre monde connait l’insécurité et la peur.
    Pour que les responsables publics osent des initiatives d’ouverture et de partage, montre-leur, Seigneur des chemins de paix et de solidarité, nous t’en prions
  3. Pour beaucoup, Dieu est lointain, absent, silencieux, sourd à nos souffrances.
    Toi qui nous révèles que chacun est précieux pour Dieu, redis ta tendresse, Seigneur, à ceux qui se sentent seuls et meurtris, nous t’en prions.
  4. L’Evangile appelle au témoignage et ne dispense jamais du risque de la foi.
    Pour nous tous qui entendons ta Parole, ravives-en nos cœurs, Seigneur, l’appel de notre baptême, nous t’en prions.

Conclusion par le célébrant

Tu nous offre ta paix, Seigneur Jésus, et tu nous envoies proclamer à nos frères et sœurs l’amour dont tu nous aimes. Soutiens-nous dans cette belle mission et que ta tendresse soit force pour ceux qui souffrent, toi notre Sauveur, pour les siècles des siècles.

MÉDITATION

La confiance, une belle vertu
La confiance fait partie des vertus chrétiennes. Elle consiste à s'en remettre à Dieu et à ne pas craindre d'avancer sous son regard.



 

Fête du Saint Sacrement , Année A - 14 juin 2020.

 

Accueil 

Bonjour et bienvenue à vous, frères et sœurs rassemblés pour vivre à nouveau la bonne nouvelle.

C’est avec une très grande joie que nous vous accueillons ce matin dans notre église pour célébrer la fête du Corps et du Sang du Christ.

Il y a quelques semaines encore, nous étions confinés dans nos paroisses ou nos résidences de retraites quand d’autres se battaient et se battent toujours dans les hôpitaux pour combattre la maladie.

Même privées d’eucharistie, nos communautés paroissiales ont continué à vivre en trouvant de nouvelles formes d’expression et de solidarité. Merci à chacun d’avoir tenu bon dans la foi.

Aujourd’hui nous voilà certes masqués et espacés mais à nouveau rassemblés dans la joie de nos communautés peu à peu reconstituées. C’est comme une renaissance chargée d’espérance, l’espérance d’un monde déconfiné plus beau, plus fraternel et d’une église attentive à soigner les blessures comme nous y invite le Pape François.

S’il est bien un dimanche qui met l’eucharistie en exergue, c’est bien celui-ci. En partageant le pain et le vin, nous entrons en communion intime avec le Seigneur et nous renforçons notre unité puisque c’est lui qui nous rassemble. A chaque eucharistie, le Christ nous invite à sa table et nous rappelle qu’il est venu apporter la bonne nouvelle et se donner pour chacun d’entre nous.

 

Première lecture      Deutéronome 8, 2-3, 14b-16a

L’épreuve de la faim fait découvrir au peuple de Dieu que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche du Seigneur. La lecture de ce jour nous fait découvrir toute l’action paternelle de Dieu. 

Moïse disait au peuple d’Israël : « Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert ; le Seigneur ton Dieu te l’a imposée pour te faire passer par la pauvreté ; il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur : allais-tu garder ses commandements, oui ou non ? Il t’a fait passer par la pauvreté, il t’a fait sentir la faim, et il t’a donné à manger la manne – cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue – pour que tu saches que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur. N’oublie pas le Seigneur ton Dieu qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. C’est lui qui t’a fait traverser ce désert, vaste et terrifiant, pays des serpents brûlants et des scorpions, pays de la sécheresse et de la soif. C’est lui qui, pour toi, a fait jaillir l’eau de la roche la plus dure. C’est lui qui, dans le désert, t’a donné la manne – cette nourriture inconnue de tes pères. » – Parole du Seigneur.  

Psaume 
(Ps 147 (147 B), 12-13, 14-15, 19-20)

R/ Glorifie le Seigneur, Jérusalem ! (Ps 147, 12a)

 

Glorifie le Seigneur, Jérusalem !

Célèbre ton Dieu, ô Sion !

Il a consolidé les barres de tes portes, 

dans tes murs il a béni tes enfants.

Il fait régner la paix à tes frontières,

et d’un pain de froment te rassasie.

Il envoie sa parole sur la terre :

rapide, son verbe la parcourt.

Il révèle sa parole à Jacob,

ses volontés et ses lois à Israël.

Pas un peuple qu’il ait ainsi traité ; 

nul autre n’a connu ses volontés.



Deuxième lecture      Corinthiens 10, 16-17

La communauté des croyants participe au même repas évoqué dans l’Eucharistie. En ayant part au même pain, nous formons un seul corps, une seule communauté.

Frères, la coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas communion au corps du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain. – Parole du Seigneur.  

 

Evangile (Jn 6, 51-58)

En ce temps-là, Jésus disait aux foules des Juifs : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. » Les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. » – Acclamons la Parole de Dieu.  

 

Chant : Voici le corps et le sang du Seigneur

Homélie - Extrait 

Questionnement suite au confinement  

  • Parmi les activités qui ont été suspendues, qu’est-ce qui nous a manqué ? Quelles sont celles qui ne nous ont pas manqué et qu’il faudrait au contraire laisser tomber ?
    Pourquoi ?
  • Quelles sont les activités que l’on voudrait voir se prolonger ou se développer ?
    Pourquoi ?
  • Quelles sont celles qu’il nous faudrait inventer ?
    Pourquoi ? 

Prière universelle

  1. Pour tous ceux et celles qui errent sur les chemins sans trouver sens à leur vie, que ton Eglise ait les mains et le cœur ouverts à tous, prions le Seigneur, notre guide.
  2. La famine est malheureusement encore une réalité en notre monde du 21ème siècle et va probablement encore s’aggraver suite à la pandémie du COVID-19.
    Pour toutes les personnes qui meurent de faim, victimes des catastrophes de ce monde, prions le Seigneur qui s’offrent en nourriture.
  3. Les étudiants sont en examens.
    Pour qu’ils trouvent autour d’eux les conditions d’étude, le calme et les encouragements dont ils ont besoin, qu’ils trouvent en eux le courage d’affronter les difficultés, prions le Seigneur, source d’espérance.
  4. Pour notre communauté et ceux qui se joignent à nous, rassemblés pour célébrer le sacrement d’amour, prions le Seigneur, qui fait de nous ses frères et sœurs.