Ascension & Temps pascal 2021

Septième dimanche de Pâques - Ce 16 mai 2021


Bienvenue à vous, Frères et sœurs unis dans l’amour de Dieu.

L’actualité nous apprend que la population supporte de plus en plus difficilement les contraintes liées à la pandémie. 

Les chrétiens attendent eux aussi avec impatience de pouvoir à nouveau se rencontrer et célébrer en communauté.  

Grâce aux moyens audiovisuels une partie des fidèles a la possibilité de suivre nos célébrations  depuis son ordinateur ou son écran.

C’est ici l'occasion de remercier chaleureusement toutes les bonnes volontés qui ont permis depuis le mois de février l’enregistrement et la diffusion de nos célébrations.

Notre monde ne correspond pas à ce que Dieu veut, mais il nous a laissés libres de nos choix. 

Le Christ nous demande de ne pas nous retirer du monde, mais d’être, au cœur du monde, des témoins de l’amour de Dieu et des messagers de la bonne nouvelle.

 

Première lecture :  Actes des apôtres  1,  15 – 17,  20a, 20c-26

Dans la prière, les Apôtres choisissent un successeur à Judas.

Ils seront douze, comme les douze tribus d’Israël.

 

Douze témoins sur lesquels est fondée notre Eglise. 

En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères qui étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes, et il déclara :

« Frères, il fallait que l’Écriture s’accomplisse. En effet, par la bouche de David, l’Esprit Saint avait d’avance parlé de Judas, qui en est venu à servir de guide aux gens qui ont arrêté Jésus :

ce Judas était l’un de nous et avait reçu sa part de notre ministère.

Il est écrit au livre des Psaumes :

Qu’un autre prenne sa charge.

Or, il y a des hommes qui nous ont accompagnés durant tout le temps où le Seigneur Jésus a vécu parmi nous,

depuis le commencement, lors du baptême donné par Jean, jusqu’au jour où il fut enlevé d’auprès de nous. Il faut donc que l’un d’entre eux devienne, avec nous, témoin de sa résurrection. »

On en présenta deux : Joseph appelé Barsabbas, puis surnommé Justus, et Matthias.

Ensuite, on fit cette prière : « Toi, Seigneur, qui connais tous les cœurs, désigne lequel des deux tu as choisi

pour qu’il prenne, dans le ministère apostolique, la place que Judas a désertée en allant à la place qui est désormais la sienne. »

On tira au sort entre eux, et le sort tomba sur Matthias, qui fut donc associé par suffrage aux onze Apôtres.

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

Deuxième lecture :  Première lettre de St Jean  4,  11 – 16 .

Dans sa lettre, Saint Jean nous livre l'essentiel du message apporté par le Christ: 

Dieu est amour, et puisque Dieu nous a tant aimé, nous devons aussi nous aimer les uns les autres.

Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres.

Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et, en nous, son amour atteint la perfection.

Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous : il nous a donné part à son Esprit.

Quant à nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde.

Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu.

Et nous, nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour : qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,11b-19.

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.

Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie.

Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés.

Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde.

Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais.

Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde.

Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité.

De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.

Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

Prière universelle

  1. Les diverses mesures sanitaires ont profondément perturbé et modifié notre relation aux autres et notre façon de vivre notre foi. Nous avons pu prendre du recul et réfléchir aux valeurs qui sont importantes pour nous. Pour que les manques que nous avons ressentis dans notre relation aux autres nous conduisent à exprimer l'importance que nos proches, nos amis et la communauté ont pour nous, Seigneur nous te prions.
     
  2. Les diverses mesures sanitaires ont profondément perturbé et modifié notre relation aux autres et notre façon de vivre notre foi. Nous avons pu prendre du recul et réfléchir aux valeurs qui sont importantes pour nous. Pour que les manques que nous avons ressentis dans notre relation aux autres nous conduisent à exprimer l'importance que nos proches, nos amis et la communauté ont pour nous, Seigneur nous te prions.

 



Ascension - Ce 13 mai 2021


Chers frères et sœurs dans le Christ, nous sommes rassemblés en ce jeudi pour célébrer l'Ascension de notre Seigneur.

Il faut d'abord se rappeler une maxime populaire et de bon sens : 

« Tout a une fin en ce bas monde ! »

Pour le Christ, c'est un peu : Mission terminée, A vous de jouer ! Mon mode de présence va changer.

Alors maintenant, comment reconnaître Dieu dans son nouveau corps ?

Son nouveau corps ?...

Quel nouveau corps ?...

Oui ! NOUS...L'Église !

Car nous sommes son nouveau corps

Aussi, au cours de cette eucharistie, demandons-lui, avec confiance et humilité de pouvoir faire transparaitre sa présence dans le monde qui nous entoure.  


1ère Lecture Actes des Apôtres ( 1, 1 – 11 )

Avant de quitter les apôtres, Jésus leur promet tout ce qui est nécessaire pour que les communautés chrétiennes puissent grandir et témoigner : La force de l’Esprit Saint, et l’assurance de son retour.

 

Cher Théophile, dans mon premier livre, j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné, depuis le moment où il commença, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis.

C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu.

Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père. Il déclara : « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche : alors que Jean a baptisé avec l’eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours. »

Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? »

Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.

Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux.

Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs, qui leur dirent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

 

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

2ème  Lecture Ephésiens  (4, 1-7 ; 11-13 )  

Le dessein de Dieu est de bâtir non pas une institution mais bien un corps qui est le Corps du Christ. 

Laissons donc transparaître dans nos gestes sa force d’amour, d’harmonie et de paix.  

Tel est le message que saint Paul nous adresse aujourd’hui.

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 16,15-20.

 

En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création.

Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.

Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ;

ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »

Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu.

Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

Prière universelle

  1. Pour les responsables de l’Église, unis autour du Pape François, donne-leur, Père, un surcroit de ta force, de ton Esprit afin qu’ils persévèrent à présenter l’exemple de ton fils dans toute sa beauté, avec toutes ses exigences.
    Ensemble, nous te prions Seigneur

  2. Pour les chrétiens à travers le monde, persécutés et condamnés, à cause de leur foi à faire transparaitre ton amour : que l’Esprit Saint les soutienne dans leur témoignage.
    Ensemble, nous te prions Seigneur

  3. Pour que les responsables financiers travaillent avec les gouvernements pour réguler les marchés et protéger les citoyens contre leurs dangers
    Avec le pape François, nous te prions Seigneur

  4. Pour nous tous rassemblés par l’Esprit Saint en cette fête : que nous manifestions, autour de nous, notre joie et notre espérance dans l’instauration du royaume de Dieu.
    Ensemble nous te prions Seigneur.


Sixième dimanche de Pâques 2021 - Ce 9 mai 2021


Frères et sœurs bonjour.

 

Dieu ne fait pas de différence entre les hommes et nous appelle à nous aimer les uns les autres comme Jésus l’avait déjà dit au début de ses discours d’adieu. C’est le message essentiel qui nous est délivré par les textes de ce dimanche. 

Quelques jours avant l’Ascension, le Christ nous confie cet unique commandement de l’amour : désormais, il nous appelle ses amis, et nous envoie porter du fruit.

Le Christ ressuscité nous dit à quel point il nous aime et comment aimer à notre tour, fortifiés par l’amitié qui nous lie à lui.

Que sa parole réveille en nous la joie de croire.

 

Première lecture    Actes des apôtres 10, 25 … 48

Le Bon Pasteur ne fait pas de différences entre les hommes, il accueille tous les peuples, les juifs comme les païens.

L’Esprit Saint l’a fait comprendre aux apôtres encore hésitants dans leurs premiers contacts avec les païens.

Comme Pierre arrivait à Césarée chez Corneille, centurion de l’armée romaine, celui-ci vint à sa rencontre, et, tombant à ses pieds, il se prosterna.

Mais Pierre le releva en disant : « Lève-toi. Je ne suis qu’un homme, moi aussi. »

Alors Pierre prit la parole et dit : « En vérité, je le comprends, Dieu est impartial :

il accueille, quelle que soit la nation, celui qui le craint et dont les œuvres sont justes.

Pierre parlait encore quand l’Esprit Saint descendit sur tous ceux qui écoutaient la Parole.

Les croyants qui accompagnaient Pierre, et qui étaient juifs d’origine, furent stupéfaits de voir que, même sur les nations, le don de l’Esprit Saint avait été répandu.

En effet, on les entendait parler en langues et chanter la grandeur de Dieu. Pierre dit alors :

« Quelqu’un peut-il refuser l’eau du baptême à ces gens qui ont reçu l’Esprit Saint tout comme nous ? »

Et il donna l’ordre de les baptiser au nom de Jésus Christ. Alors ils lui demandèrent de rester quelques jours avec eux.

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

Deuxième lecture     1ere lettre de St Jean 4, 7-10

L’apôtre Jean nous explique dans cette lecture qu’on ne peut aimer Dieu sans nous aimer les uns les autres.

C’est parce que nous sommes aimés que nous aimons à notre tour.

Le chemin pour nous rapprocher de Dieu, c’est l’amour.

 

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu.

Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour.

Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui.

Voici en quoi consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils en sacrifice de pardon pour nos péchés.

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,9-17.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour.

Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour.

Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. »

Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.

Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.

Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande.

Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître.

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera.

Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »

Prière universelle

  1. Seigneur, soutiens la foi, l’espérance et la charité de tous tes serviteurs et des baptisés de Pâques. Qu’ils découvrent la richesse de l’amour de Dieu et grandissent de plus en plus dans une charité sincère, ensemble prions.

  2. Seigneur, pour ceux qui ne te connaissent pas, qu’ils découvrent la douceur de ton amour et qu’ils en deviennent les témoins, ensemble prions.

  3. Seigneur, nous te confions notre monde et ceux qui vivent de grandes épreuves, celles de la guerre, de l’exil, de la solitude et de la maladie liée notamment à cette pandémie mondiale, qu’ils découvrent sur leur route des frères qui leur viennent en aide, ensemble prions. 
  4. Seigneur, nous te confions les enfants de notre paroisse qui feront prochainement leur première communion ou leur profession de foi.
    Que cette démarche reste gravée dans leur cœur afin qu’ils puissent en faire mémoire tout au long de leur vie, ensemble prions.


Cinquième dimanche de Pâques 2021 - Ce 2 mai 2021


Bienvenue à vous, Frères et sœurs unis dans l’amour du Christ ressuscité.

 

En cette période de pandémie, nos rencontres dominicales sont limitées à 15 personnes. De ce fait, nous n’avons pas la possibilité de prier « tous ensemble» dans un même lieu, mais une partie des fidèles le fait depuis son ordinateur ou son écran.

Cela met en évidence la nécessité que nous avons de faire « communauté » .

Nous avons besoin de cette relation au Christ et nous avons besoin de partager cette relation entre nous pour que notre foi soit vivante, tels des sarments reliés au cep de la vigne.

Comme l’apôtre Jean va de nouveau nous le rappeler, l’amour est le premier des commandements.  L’amour en Dieu, et l’amour envers les autres.

Et pour être vrai, cet amour envers les autres doit se traduire en actes.

Prions pour que cette célébration nous permette de prier ensemble et d’approfondir notre relation d’amour à Dieu et aux autres.


Première lecture :  Actes des apôtres  9,  26 - 31.

Paul qui persécutait les chrétiens s’est converti au Christ de façon soudaine.

Ce revirement paraît suspect aux disciples. Il faudra la bienveillance de Barnabé pour que Paul intègre le cercle des apôtres et témoigne lui aussi de sa rencontre avec le Christ, au risque d’être persécuté à son tour.

En ces jours-là, arrivé à Jérusalem, Saul cherchait à se joindre aux disciples, mais tous avaient peur de lui, car ils ne croyaient pas que lui aussi était un disciple.

Alors Barnabé le prit avec lui et le présenta aux Apôtres ; il leur raconta comment, sur le chemin, Saul avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé, et comment, à Damas, il s’était exprimé avec assurance au nom de Jésus.

Dès lors, Saul allait et venait dans Jérusalem avec eux, s’exprimant avec assurance au nom du Seigneur.

Il parlait aux Juifs de langue grecque, et discutait avec eux. Mais ceux-ci cherchaient à le supprimer.

Mis au courant, les frères l’accompagnèrent jusqu’à Césarée et le firent partir pour Tarse.

L’Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie ; elle se construisait et elle marchait dans la crainte du Seigneur ; réconfortée par l’Esprit Saint, elle se multipliait.

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

Deuxième lecture : Première lettre de St Jean  3,  18 – 24 .

L’apôtre Jean présente notre relation à Dieu comme amour, et cet amour est lui-même source d’amour. C’est pourquoi les hommes sont faits pour s’aimer.

Pour aimer les autres, nous devons d’abord nous aimer nous mêmes.

L’appartenance à l’Esprit du Christ et la miséricorde de Dieu doivent nous apporter la paix du cœur.

Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité.

Voilà comment nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous apaiserons notre cœur ;

car si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses.

Bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous avons de l’assurance devant Dieu.

Quoi que nous demandions à Dieu, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui est agréable à ses yeux.

Or, voici son commandement : mettre notre foi dans le nom de son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé.

Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et voilà comment nous reconnaissons qu’il demeure en nous, puisqu’il nous a donné part à son Esprit.

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,1-8.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron.

Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage.

Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite.

Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi.

Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.

Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent.

Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous.

Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. »

Prière universelle

  1. Pour aimer les autres, nous devons d’abord nous accepter et nous aimer nous même.
    Pour que l’image de l’amour bienveillant et de la miséricorde de Dieu nous permette de faire la paix en nous et nous fasse accepter nos faiblesses,
    Seigneur nous te prions.

  2.  Les jeunes de notre communauté sont en train de se préparer à communier pour la première fois ou à renouveler leur profession de foi.
    Pour que, malgré les conditions difficiles actuelles, ils deviennent des sarments vivants, greffés sur l’amour du Christ,
    Seigneur nous te prions.

  3. Pour notre communauté rassemblée dans cette église ou à distance par écran interposé.
    Que notre amour et nos actes envers les autres soient à l’image de l’amour dont Jésus ressuscité nous a témoigné,
    Seigneur nous te prions.

  4. Pour que l’Eglise donne davantage l’image d’une vigne vivante, accueillante et généreuse, afin que ceux qui n’assistent plus à nos assemblées ou n’ont plus l’occasion d’y participer retrouvent du plaisir et de l’intérêt à se regreffer à cette source d’amour,
    Seigneur nous te prions.

 



A méditer en ce cinquième dimanche de Pâques - 2 mai 2021

En ce 5ème dimanche de Pâques, la liturgie nous parle de l'Eglise et de sa naissance. Saul, le persécuteur, est devenu Paul, le grand témoin de la foi (1ère lecture). Il lui faudra beaucoup de temps pour se faire accepter car sa présence rappelait trop de mauvais souvenirs. Ne se sentant pas à l'aise dans les milieux conservateurs de Jérusalem, il a choisi de partir vers les grands larges. Grâce à son témoignage et surtout grâce à l'action de l'Esprit Saint, la bonne nouvelle a pu être annoncée au monde païen. Rien n'arrête les progrès de l'Eglise. Voilà un message d'espérance pour nous chrétiens d'aujourd'hui. L'Esprit Saint ne cesse d'agir pour que notre témoignage donne du fruit.

Le problème c'est notre péché et celui du monde. Trop souvent, nous croyons qu'au point où nous en sommes, rien n'est possible. Mais, nous dit saint Jean (2ème lecture) "si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur". Si nous fixons notre regard sur Dieu, nous avons la certitude d'être aimés, même si nous sommes de grands pécheurs. Forts de cette certitude joyeuse, nous pourrons à notre tour regarder les autres avec amour. Nous ne nous contenterons pas de paroles creuses mais nous aimerons les autres en esprit et en vérité ; ou plutôt, c'est le Christ qui les aimera en nous et par nous.

 

L'Evangile de saint Jean insiste sur la nécessité d'être reliés au Christ comme le sarment est relié à la vigne. Jésus se présente à nous comme "la vraie vigne". Il insiste sur le lien vital qui doit exister entre lui et son disciple. Nous savons qu'un sarment ne peut vivre s'il est coupé du cep de vigne. De même, un disciple qui ne demeure pas en Jésus ne peut rien faire. Il n'a aucune utilité. Mais s'il est bien relié à son Seigneur, il donnera beaucoup de fruits. 

 

Il y a un mot qui revient sept fois en quelques lignes, c'est le verbe "demeurer", au sens de "vivre avec". Demeurez en moi, vivez avec moi. Il s'agit pour nous d'être vraiment attachés au Christ par la foi. Croire en lui, c'est une conversion de toute une vie, c'est une communion permanente.

 

L'apôtre Paul nous le dit à sa manière : ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi" (Ga 2, 20). Plus simplement, un jeune écrivait sa relation au Christ en disant : "Je ne peux plus me passer de lui, de sa présence, de son aide". On est loin de ceux qui se contentent de quelques vagues gestes religieux.

 

Alors se pose l'inévitable question : Demeurer en Jésus, oui mais comment ? Comment pouvons-nous être sûrs de le rencontrer ? Cela ne se passe pas comme avec notre voisin de quartier ou de village. On ne rencontre pas Jésus en direct mais par des intermédiaires. Il nous faut trois chemins pour cela : Celui de la Parole de Dieu, celui de la prière et des sacrements et celui de la vie quotidienne. Le chemin de la Parole de Dieu : Pour demeurer dans le Christ, il nous faut demeurer dans sa Parole. Il faut se donner du temps pour l'accueillir. Cette Parole de Dieu nous est donnée par la Bible, l'Evangile, une revue, un livre religieux, une radio chrétienne ou une émission religieuse de la télévision. Et bien sûr, nous n'oublions pas celle qui est proclamée au cours de la messe du dimanche. Nous devons nous interroger ? Est-ce que nous nous donnons du temps pour accueillir cette Parole ? On ne dira jamais assez l'importance du catéchisme pour les enfants, d'une aumônerie ou d'une équipe de réflexion pour les jeunes. Et pour nous, adultes, c'est aussi important de prendre le temps d'une réflexion, seuls ou avec d'autres, sur cette Parole de Dieu.

 

Le deuxième chemin pour demeurer dans le Christ, c'est celui de la prière et des sacrements. Pour demeurer en sa présence, il faut lui parler et l'écouter. C'est la prière fidèle, régulière et fréquente, pas seulement une "petite prière" de temps en temps. On s'entretient avec Jésus pour lui confier quelqu'un ou pour lui dire merci ou encore pour lui demander d'éclairer notre vie. Mais quand on parle d'entretien, c'est aussi la maintenance, par exemple l'entretien de sa voiture. La prière nous aide à maintenir l'évangile en état de marche dans notre vie. Et enfin, 

dans la prière, on "s'entre-tient", on se soutient les uns les autres; on prie les uns pour les autres, les uns avec les autres.

 

La prière nous aide donc à rester en communion avec le Christ. Cette communion se réalise  aussi par les sacrements, en particulier l'Eucharistie. Nos évêques nous l'ont souvent rappelé : elle est source et sommet de toute vie chrétienne et de toute évangélisation. Elle nous donne 

d'être unis au Christ, de faire corps avec lui. Nous y recevons son amour pour en vivre dans notre vie de tous les jours.

 

Troisième chemin, celui de la vie quotidienne : Pour demeurer dans le Christ, il n'est pas question de quitter notre vie de tous les jours ni de fuir ce bas monde. Ce qui nous est demandé c'est de nous y enraciner et de porter du fruit. Ce qui fait la valeur d’une vie, ce n’est pas les belles paroles mais l’amour mutuel, les gestes de partage, d’accueil et de solidarité.

 

En ce dimanche, Seigneur, nous nous sommes rassemblés pour nous nourrir de ta Parole et de ton Eucharistie. Tu ne cesses de rejoindre les communautés réunies en ton nom. Garde-nous vraiment reliés à toi pour que notre mission porte les fruits que tu attends de nous.

Sources : Revues Feu Nouveau, Signes, Lectures liturgiques d'un vieux prêtre de Montpellier, Homélies pour l'année B (A. 

Brunot), Les entretiens du dimanche (N. Quesson), Guide Emmaüs des dimanches et fêtes (JP Bagot), dossiers personnels


Quatrième dimanche de Pâques 2021 - Ce 25 avril 2021


Frères et Sœurs, nous sommes réunis au nom de Jésus car il est ressuscité.

 

Oui, aujourd’hui, le Christ, notre pasteur, nous accueille dans cette église.

Mettons-nous à l’écoute de notre bon pasteur.

 

A tous et à chacun, il a une parole à dire, un appel à lancer.

 

A tous et à chacun, il a une mission à confier

Proclamons notre joie d’être rassemblés autour du bon pasteur et 

en cette journée mondiale de prière pour les vocations, 

le Seigneur nous invite à former résolument une Église qui aime.

+ + +

Première lecture    Actes des apôtres  4, 8 - 12.

À la suite de la guérison d’un paralytique, Pierre et Jean sont arrêtés et comparaissent devant le Grand Conseil qui voudrait les condamner pour sorcellerie. La question suivante leur est posée : « A quelle puissance ou à quel nom avez-vous eu recours pour faire cela ? » 

Voici, la réponse sans équivoque de Pierre :

En ces jours-là, Pierre, rempli de l’Esprit Saint, déclara : « Chefs du peuple et anciens,

nous sommes interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.

Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël : c’est par le nom de Jésus le Nazaréen, lui que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, c’est par lui que cet homme se trouve là, devant vous, bien portant.

Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle.

En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. »

Deuxième lecture      St Jean   3, 1 - 2

Grande espérance pour le monde : 

Nous avons une vraie et profonde identité aux yeux de Dieu. 

Ecoutons St Jean.

Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu.

Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est. 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 10,11-18.

En ce temps-là, Jésus déclara : « Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis.

Le berger mercenaire n’est pas le pasteur, les brebis ne sont pas à lui : s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse.

Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui.

Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent,

comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.

J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur.

Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau.

Nul ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. »

Prière universelle

  1. Seigneur nous te prions pour celles et ceux à qui tu as confié ton Eglise.
    Choisis et appelés, ils ont décidé de consacrer leur vie à ton service :     qu’en toi, ils aient la grâce de poursuivre, dans la  sérénité et l’espérance, leur mission pour les hommes de ce  temps.
    Ensemble prions 

  2. Seigneur nous te prions pour tous les jeunes baptisés, entre autres les jeunes du secteur qui se préparent à leur profession de Foi.
    Qu’ils entendent l’appel personnel du Christ à s’engager à sa suite et qu’ils aient la confiance et l’audace de dire oui à son invitation.   Ensemble prions

  3. Seigneur nous te prions pour ceux qui ne connaissent pas Dieu, pour ceux qui manquent de repères et sont sous l’influence des faux pasteurs de ce monde.
    Que l’Esprit les éclaire et leur enseigne la vraie route vers ton royaume d’amour.    Ensemble prions.  

  4. Seigneur nous te prions pour les gouvernants qui luttent pour les droits fondamentaux de tous.
    Fortifie-les dans leur combat vis-à-vis des dictatures ou des démocraties en crise.
    Ensemble, avec le pape François, prions

 



Troisième dimanche de Pâques 2021 - Ce 18 avril 2021


Equipe liturgique de Bouge Moulin-à-Vent

Frères et sœurs bonjour.

 

Aujourd’hui Jésus nous rappelle que, ressuscité d’entre les morts, il reste à jamais présent auprès de nous comme en témoigne les lectures de ce jour.

On perçoit l’action de la résurrection au travers de ces personnes qui ont pour mission d’aider leurs frères à identifier les victoires de l’amour sur toutes formes de mort : l’égoïsme, la division, la vengeance et tous les maux de notre société.

Alors que nous sommes rassemblés en son nom, le Seigneur vient éclairer nos vies par sa Parole et nous nourrir par le partage de son pain.

Que le témoignage que nous entendrons des apôtres Pierre et Luc affermisse notre foi au Seigneur ressuscité.

Ouvrons notre cœur pour le reconnaître au milieu de notre assemblée.

Première lecture    Actes 3, 13-15.17-19

Parce que la résurrection de Jésus intéresse toute l’humanité, les apôtres l’ont annoncée sans tarder, en indiquant comment en bénéficier par la conversion et en se mettant résolument à la suite du Ressuscité.

En ces jours-là, devant le peuple, Pierre prit la parole : « Hommes d’Israël, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, alors que vous, vous l’aviez livré, vous l’aviez renié en présence de Pilate qui était décidé à le relâcher.

Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier.

Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins.

D’ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l’ignorance, vous et vos chefs.

Mais Dieu a ainsi accompli ce qu’il avait d’avance annoncé par la bouche de tous les prophètes : que le Christ, son Messie, souffrirait.

Convertissez-vous donc et tournez-vous vers Dieu pour que vos péchés soient effacés.

Deuxième lecture      Jean 2, 1-5a

Nous sommes pécheurs et Dieu reste invisible.

Comment pourrons-nous le reconnaître ?

Mais pas de mission impossible en ce domaine, car en Jésus nous avons un guide sûr et un médiateur efficace.

Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste.

C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier.

Voici comment nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements.

Celui qui dit : « Je le connais », et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur : la vérité n’est pas en lui.

Mais en celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu atteint vraiment la perfection.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 24,35-48.

 

En ce temps-là, les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! »

Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit.

Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ?

Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. »

Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.

Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »

Ils lui présentèrent une part de poisson grillé

qu’il prit et mangea devant eux.

Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. »

Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures.

Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour,

et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.

À vous d’en être les témoins. »

Prière universelle

1. Pour l’Eglise appelée à annoncer l’Evangile dans le contexte mouvant de la culture contemporaine ; qu’elle sache se faire proche des hommes et des femmes de notre temps, en marchant à leurs côtés là où ils se trouvent.

Dieu, notre Père, entends nos prières.

 

2. Pour les hommes et les femmes qui nous gouvernent en ces temps d’incertitude mondialisée ; qu’ils se laissent guider par leur conscience dans la prise des décisions pour le bien de tous et particulièrement des plus vulnérables d’entre nous.

Dieu, notre Père, entends nos prières.

 

3. Jésus dit qu’il devait souffrir pour montrer aux souffrants que Dieu est proche d’eux.

Pour ceux qui sont découragés, oubliés, abandonnés ; qu’ils retrouvent courage et force auprès de frères et sœurs attentifs.

Dieu, notre Père, entends nos prières.

 

4. Jésus ressuscité nous appelle à devenir ses témoins.

Pour tous ceux et celles qui s’efforcent de témoigner de ton amour au sein de leur famille, avec leurs amis, sur leur lieu de travail ; que ta paix et ton esprit les guident et les aident.

Dieu, notre Père, entends nos prières.



Deuxième dimanche de Pâques 2021 - Ce 11 avril 2021


Bienvenue à vous, Frères et sœurs dans la foi au Christ ressuscité.

 

La mort de Jésus et la disparition de son corps ont provoqués chez  les disciples un sentiment d’abandon et de désespoir. 

Tout ce qui comptait pour eux avait disparu, leur vie n’avait plus de sens.

Jésus leur apparaît  alors pour leur confirmer sa résurrection et leur redonner confiance. 

Oui, le Christ a bien vaincu la mort.  Thomas, notre jumeau dans le doute l’a vu de ses propres yeux  et est devenu notre témoin. 

Même si physiquement Jésus n’est plus visible, il est toujours là pour soutenir ceux qui croient en lui.

C’est ce soutien qui a permis aux premières communauté chrétiennes de vivre pleinement le message d’amour apporté par le Christ.

 

Puissions nous également vivre pleinement  dans notre vie ce message d’amour et de confiance qui nous a été transmis par Jésus.

Première lecture Actes des apôtres  4,  32 - 35.

Les apôtres nous font part de ce que vivaient les communautés des premiers croyants, galvanisés par tout ce qu’ils avaient vu et entendu venant du Christ.

Le partage et la fraternité sont deux valeurs qui permettent de vivre en pratique l’amour de Dieu.

Ce texte a inspiré l’idéal communautaire de la vie monastique et religieuse.

La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun.

C’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous.

Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence, car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons les vendaient,

et ils apportaient le montant de la vente pour le déposer aux pieds des Apôtres ; puis on le distribuait en fonction des besoins de chacun.

 

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

Dimanche de la miséricorde

Deuxième lecture : Première lettre de St Jean  5,  1 – 6.

L’apôtre Jean nous rappelle que le chrétien est celui qui aime Dieu comme son père et qui observe ses commandements. 

Et le premier commandement, c’est de nous aimer les uns les autres.

L’amour, voilà l’objet de la foi du chrétien

Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui.

Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements.

Car tel est l’amour de Dieu : garder ses commandements ; et ses commandements ne sont pas un fardeau,

puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi.

Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?

C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité.

 

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,19-31.

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »

Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.

Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »

Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.

À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.

Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »

Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »

Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.

Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Prière universelle

1- Ô Christ ressuscité, nous te confions ceux qui doutent ou qui ont perdu la foi.

Afin qu’ils trouvent sur leur route des signes de ta résurrection et des témoins et de ta présence, Seigneur nous te prions.

 

2- Ô Christ ressuscité, nous te confions ceux qui sont tourmentés par des difficultés économiques ou des problèmes relationnels, particulièrement nombreux en cette période de pandémie.

Afin qu’ils perçoivent ton message de paix et d’espérance par les témoignages de notre communauté

Seigneur nous te prions.

 

3- Ô Christ ressuscité, en ce dimanche de la miséricorde, nous te confions nos lâchetés, nos renoncements, nos petitesses et nos blessures.

Encouragés par ton Amour et sûrs de ton pardon, aides-nous à plus de tolérance, à pardonner et faire grandir ceux que nous côtoyons,

Seigneur nous te prions.

 

4- Ô Christ ressuscité, nous te confions l’Eglise et ses ministres que tu envoies au milieu des hommes de ce temps.

Qu’elle s’inspire de l’image des premières communautés chrétiennes pour retrouver les valeurs fondamentales enseignées par le Christ et qu’elle se mette à la portée des hommes de notre temps

Seigneur nous te prions.

 



Dimanche de Pâques 2021


Bienvenue 

 

Frères et sœurs, bonjour.

 

 

Alléluia, le Christ est ressuscité !

 

Voici le cri de joie qui a retenti au cœur de la nuit pour des millions de chrétiens à travers le monde, des hommes et des femmes de toutes races et de toutes cultures qui se reconnaissent disciples du Ressuscité.

Et pour nous tous ici rassemblés, que représente ce jour de Pâques ?

Malgré les difficultés de la vie quotidienne, essayons de vivre à l’image du Christ.

Heureux ceux qui savourent la joie pascale, ceux dont elle réchauffe le cœur. Que notre cri de joie soit l’expression de notre foi et de notre  espérance.

 

Bonne fête de Pâques à tous.

Aspersion 

 

Première lecture Actes 10,34 … 43

 

Notre foi en la résurrection de Jésus repose sur le témoignage des apôtres, qui en ont rendu compte avec empressement, enthousiasme et rapidité. 

 

En ces jours-là, quand Pierre arriva à Césarée chez un centurion de l’armée romaine, il prit la parole et dit :

« Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée, après le baptême proclamé par Jean :

Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui. »

Et nous, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice,

Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Il lui a donné de se manifester,

non pas à tout le peuple, mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts.

Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts.

C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage : Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés. »

Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour du mois. Dans .

 

 

 

Deuxième lecture Colossiens 3,1- 4

La bonne nouvelle de la résurrection du Christ est une force pour nous. Vous êtes ressuscité avec le Christ nous dit aujourd’hui l’apôtre Paul : vivons donc en ressuscité et devenons des hommes nouveaux.

 

 

Frères, si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu.

Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre.

En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu.

Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire. 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,1-9.

 

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.

Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau.

Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.

En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas.

Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat,

ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.

C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.

Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

Prière universelle du jour de Pâques

 

 

1. Jésus est ressuscité ! 

Si Pâques, est le don d’une lumière pour avancer, si Pâques, est l’ouverture d’un passage où se risquer, alors, Seigneur, pousse-nous, envoie-nous, pour témoigner de la force fragile mais tellement puissante de ton amour infini. Ensemble, nous te prions Seigneur.

 

………………………………………………………………………………

 

2. Jésus est ressuscité. 

Pour les hommes et les femmes de l’est de la République Démocratique du Congo qui ont été présents dans notre coeur et dans notre prière tout au long de ce Carême.

Que la solidarité généreuse dont nous avons témoigné, les aide à vivre debout. Ensemble, nous te prions Seigneur.

 

………………………………………………………………………………

 

3. O Christ ressuscité, sois la force de ceux qui prolongent ta passion dans leur chair : les persécutés, les torturés, les affamés et tous les mal-aimés.

Ensemble, nous te prions Seigneur.

 

………………………………………………………………………………

 

4. O Christ vivant, donne ton esprit et ta paix à nos familles, à nos cités et à tous nos frères et sœurs chrétiens de par le monde. Fais revivre les communautés chrétiennes pour qu’elles soient des lieux d’amour, d’accueil, de partage et de vie. 

Ensemble, nous te prions Seigneur.