Dimanche 10 avril 2022 - Rameaux


Frères et Sœurs dans la foi bonjour.

Nous entrons ce dimanche dans la semaine sainte, qui commence avec l’entrée de Jésus à Jérusalem, acclamé par la foule qui reconnaît en lui son espoir, son sauveur.

Et pourtant, bientôt il sortira de la ville sous les injures pour être mis en croix.

Nous sommes arrivés à cette semaine qui nous associe au don du Christ à l’humanité : la semaine de la divine folie. 

Le mot clé qui introduit cette semaine sainte est « DEVENIR ».

Le Christ est allé jusqu’au bout de son amour pour chacun de nous.

La folie de Dieu nous ouvre le chemin de notre DEVENIR. 

Est-ce bien sa folle voie que nous allons suivre ?

Marchons courageusement à la suite du Christ pour vivre sa résurrection. 

Nous serons particulièrement en union de prières avec nos frères et sœurs de Sainte Marguerite qui accueillent aujourd’hui la croix de carême.


Lectures

1ère Lecture Isaïe  50, 4-7

Ce n’est pas un roi s’imposant par la force que Dieu nous envoie, mais un serviteur qui connaît la souffrance.

En ce mystérieux personnage annoncé par le prophète, nous reconnaissons le Christ, le Roi-Serviteur.

Livre d'Isaïe 50,4-7.

Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute.

Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé.

J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats.

Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. 

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »

2ème  Lecture Lettre de Saint Paul Apôtre aux Philippiens 2, 6 – 11

Venant dans notre monde, Jésus a renoncé à la gloire céleste pour se faire serviteur de tous, d’abaissement en abaissement, jusqu’au sur-élèvement de la résurrection !

Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu.

Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect,

il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix.

C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom,

afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers,

et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père

En fin de lecture : « Parole du Seigneur »


Prière universelle  

Introduction :

Sur la croix, les bras étendus le Christ notre Seigneur a été jusqu’au bout pour assurer notre DEVENIR. Avec lui, présentons avec confiance à Dieu notre Père nos intentions de prières

.

1.- « Soutenir celui qui est épuisé » nous dit le prophète Isaïe. Beau programme pour cette semaine.

Pour les plus vulnérables, proches ou lointains, comme les familles paysannes malgaches qui peinent et luttent pour survivre, Seigneur, notre serviteur, en union avec toutes les paroisses de notre Unité Pastorale, nous te prions. 

 

2.- Seigneur, que la branche de buis que nous accrocherons dans nos maisons nous rappelle que la vie a vaincu la mort. 

Affermis l’espérance de ceux qui doutent et soutiens ceux qui sont dans la détresse. Ensemble nous te prions.

 

3.- Pour les populations prises dans les horreurs de la guerre ou des bandes armées qui sèment la terreur en Afrique. Qu’elles puissent retrouver la quiétude de la paix et recevoir toute l’aide pour reconstruire leur vie.

Seigneur, nous te prions.

 

4.- Pour que le personnel de santé qui prend soin des malades et des personnes âgées soit soutenu par les gouvernements et les communautés locales. Avec le pape François, Seigneur nous te prions.

 

Conclusion : 

Dieu notre Père, accorde-nous de suivre Jésus sur le chemin de sa Passion jusqu’au matin de la résurrection, lui qui est vivant pour les siècles des siècles     AMEN

 

 



Après la Communion 

Chaque semaine, nous découvrons à partir du poster-puzzle la vie des habitants de Madagascar. 

Aujourd’hui, Faniry nous parle de sa vie de tous les jours

 

Je vous avais dit que mon pays était beau. Pourtant les problèmes sont nombreux mais nous ne nous laissons pas abattre. 

Oui, j’ai le sourire car nous sommes unis avec des associations paysannes pour prendre notre avenir en main. 

 

Nous suivons des formations de renforcement de capacités, nous apprenons de nouvelles techniques agricoles, nous nous battons pour faire titrer nos terres, nous cultivons, nous mangeons et nous envoyons nos enfants à l’école. Mais ce que nous avons aussi de très fort, c’est la « fihavanana », une forme de lien social qui est valorisé dans notre culture. Cette valeur s’apparente à l’entraide et à la solidarité et constitue un principe de base de la vie collective surtout à la campagne. Nous la vivons en profondeur c’est-à-dire que pour nous, la solidarité, le respect des aînés, les relations familiales sont très importantes… nous ne cherchons pas à avoir plus, simplement le nécessaire mais nous cherchons à être plus :… plus en relation, plus en harmonie, plus avec les autres et pour les autres… Et vous ?

 


Collecte

Télécharger
Télécharger le dépliant Carême 2022
Dépliant RDF Carême 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 468.2 KB

Nous avons entendu aujourd’hui l’émouvant récit de la passion de Jésus. 

Tant d’hommes et de femmes dans le monde vivent aujourd’hui encore dans leur chair la souffrance et la passion. 

Souvent nous nous disons : devant les problèmes du monde, nous ne pouvons rien faire ! 

Cependant, des milliers de gestes solidaires mis ensemble peuvent provoquer de profonds changements et en tous cas, donner espoir à celles et ceux qui luttent pour leur survie. 

Notre participation généreuse à la 2e collecte du carême de partage est destinée aux projets soutenus par Entraide et Fraternité. 

Elle viendra, entre autres, en aide aux les paysans de Madagascar qui s’organisent pour arriver à subvenir aux besoins de leur famille.