Sacrements


Les Sacrements de l’initiation chrétienne

Le Baptême

L’Eucharistie

La Confirmation

Les Sacrements de guérison

Le Sacrement de Pénitence et de Réconciliation

Les Sacrements des Malades : Réconciliation, Onction, Viatique

Les Sacrements du Service de la Communion

Le Sacrement de l’Ordre

Le Sacrement du Mariage

 

La catéchèse désigne l'ensemble des actions destinées à éduquer religieusement des enfants, des jeunes et des adultes à la doctrine chrétienne.  Aussi, nous intégrerons ces étapes dans le cheminements de la Vie de Chrétiens.



Baptême


Chers parents,
Vous avez décidé de baptiser votre enfant. Nous vous félicitons pour ce choix.
Afin de vous aider à bien vivre ce sacrement, vous trouverez sur cette page de quoi vous aider à préparer le baptême de votre enfant.
Petite vidéo expliquant le déroulement du baptême. (Cliquer sur la flèche pour lancer la vidéo)

Concrètement
Les parents, parrains et marraines sont invités à une de ces réunions de préparation et d’information qui se tiennent dans la salle « Notre Maison », Place des Tilleuls, à Bouge de 20h00 à 21h00.

Les prochaines dates de réunion sont : 17 janvier, 21 février, 21 mars, 18 avril, 16 mai, 20 juin, 18 juillet et 22 Août.

 



Eveil à la foi - Eucharistie


Il s'agit de la préparation à la première communion. Au Sacrement de l'Eucharistie.  

 

Catéchisme - Profession de Foi - Confirmation


En septembre, nos paroisses entrent dans la troisième année du programme Catéveil qui permet à nos enfants, au terme d’un cheminement catéchétique de deux années, de commencer la préparation à la Communion. Une réunion est prévue dès la rentrée scolaire en septembre.

 

Les enfants (des paroisses du secteur Namur Nord) qui ont fait leur profession de foi au mois de mai 2017 ont reçu  le sacrement de confirmation ce dimanche 12 Novembre 2017.


Une journée de retraite préparatoire a eu lieu à Bouge Moulin à vent, le samedi 21 octobre de 9h00 à 16h00. Elle était animée par la communauté de la famille Myriam.

Avec le Baptême et l’Eucharistie, le sacrement de la Confirmation constitue l’ensemble des  » sacrements de l’initiation chrétienne « , dont l’unité doit être sauvegardée. En effet,  » par le sacrement de Confirmation, le lien des baptisés avec l’Église est rendu plus parfait, ils sont enrichis d’une force spéciale de l’Esprit Saint et obligés ainsi plus strictement à répandre et à défendre la foi par la parole et par l’action en vrais témoins du Christ  »



Mariage


Le mariage est le Sacrement liant l'Amour entre deux êtres. Lorsqu'il est vécu dans la foi de l'Église, il est une vocation. L'homme symbolise l'Époux (le Christ), la femme symbolise l'Épouse (L'Esprit-Saint qui donne sens à l'Église). Notons qu'en hébreu "Esprit" est féminin. L'Eucharistie est le lieu intime de cette union amoureuse. C'est le seul Sacrement où le ministre n'est ni le diacre, ni le prêtre, ni l'évêque, mais les époux eux-mêmes, puisqu'ils signifient, dans l'intimité de leur être, l'incarnation de l'Amour de Dieu avec son peuple. Ils participent à la fécondité amoureuse du Christ et de l'Église !

 

Le mariage existait avant l’Eglise. Il est cette institution humaine dans laquelle un homme et une femme se donnent dans leur différence pour le bien l’un de l’autre. Chaque époux s’engage en regardant l’autre comme unique, afin que celui-ci puisse pleinement devenir ce qu’il est d’unique. Un tel engagement formé par l’amour est porteur de vie, dont le plus beau signe est l’enfant. Le mariage entre chrétiens est un sacrement parce le couple ainsi uni participe à l’alliance d’amour qui unit le Christ et l’Eglise et il manifeste à tous les hommes la présence vivante du Seigneur. Une personne baptisée catholique peut épouser un baptisé non catholique ou un non baptisé dans un mariage chrétien, puisque le mariage est une réalité humaine. Le baptisé catholique veillera à entretenir sa foi et à faire honnêtement tout ce qui sera en son pouvoir pour que les enfants soient baptisés et éduqués dans l’Eglise catholique.

 


Réconciliation


Le mal est une donnée incontournable de notre vie humaine. Nous le rencontrons chaque jour en regardant l’actualité proche ou lointaine, mais en y succombant parfois aussi, il nous faut bien l’avouer. La Bible nous dit que nous ne sommes pas créateurs du mal mais que nous y concédons.
Le Christ est venu combattre le mal jusque dans sa forme la plus extrême qui est la mort, et cela par amour pour nous. Par son baptême, le chrétien est donc appelé à prolonger ce combat dans sa vie. Mais comme tout homme, il doit reconnaître qu’il consent parfois au mal et aussi qu’il ne met pas toujours toute son énergie dans ce combat contre toutes les formes de mal, la pauvreté, le rejet de Dieu, de l’autre, la jalousie…
Dans le sacrement de la réconciliation, le chrétien rencontre le Christ venant lui dire qu’il continue pour l’humanité sa lutte contre le mal, précisément en lui pardonnant. Il relance aussi chacun dans sa vocation de baptisé. Pour celui qui reçoit le pardon de Dieu, c’est un moment de libération ; c’est aussi un motif de joie de se savoir toujours pleinement aimé de Dieu. C’est enfin une source d’énergie pour pouvoir dire non au mal et reprendre notre engagement dans cette lutte.


Le sacrement de la réconciliation est donné par le prêtre, signe de la présence du Christ, donnant son pardon.

 

Le sacrement peut être donné : à toute personne qui en fait la demande à un prêtre.

Les Sacrements des Malades : Réconciliation, Onction, Viatique


L’onction des malades.

Les sacrements viennent rencontrer l’homme dans les grandes composantes de son humanité : la naissance avec le baptême, le besoin de se nourrir avec l’eucharistie, le mal avec la réconciliation, l’orientation de vie avec la confirmation, l’engagement pour la vie avec le mariage et le sacrement de l’ordre. Il y a encore l’expérience inévitable de la santé sérieusement atteinte par la maladie ou la vieillesse. Celles-ci apportent un bouleversement dans la vie de la personne : rupture avec les activités habituelles, isolement ou promiscuité de la chambre d’hôpital, interrogations sur l’avenir et la perspective de la mort. Le Christ vient vers le malade pour l’apaiser, lui rendre confiance, lui pardonner ses faiblesses et le fortifier dans l’espérance face à l’épreuve. Les deux rites propres du sacrement sont l’imposition des mains en silence, signe de l’affection et de la protection données par Dieu, et l’onction d’huile sur le front et les mains, imprégnation de la force de réconfort et de relèvement de l’Esprit.

 

Concrètement

L’onction des malades est un acte d’Eglise. Elle prend place dans le prolongement de la visite aux malades portée par la famille, les proches et les personnes portant le souci des malades dans la communauté chrétienne. Lorsque la personne malade ou ses proches, après en avoir parlé avec elle, expriment le désir que soit conféré ce sacrement, il convient de répercuter cette demande auprès d’un membre de l’équipe de visiteurs de malades ou du prêtre.

Un moment sera convenu de manière à ce que des membres de la famille, des personnes proches ou des membres du personnel de l’hôpital puissent y participer.